picto association

Quelques mots sur l’association

Les Services d'Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO), missions et habilitation

Le Service est habilité à mettre en œuvre des mesures d’Action Éducative en Milieu Ouvert – AEMO -confiées par l’Autorité Judiciaire sur le département de la Haute-Garonne sous contrôle de la Direction Régionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et du Conseil Départemental.

Ces mesures concernent des mineurs de 0 à 18 ans selon les articles 375 et suivants du Code Civil.

Sous la compétence du Juge des Enfants – «Lorsque la santé, la sécurité, la moralité d’un mineur non émancipé sont en danger ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, effectif, intellectuel et social sont gravement compromises».

La mission confiée par le magistrat a pour objectifs l’arrêt de la trajectoire déviante familiale, des préjudices à l’enfant et le nécessaire rétablissement de la dynamique familiale pour résoudre les conflits qui ont créé la situation de danger.
La mission offre une plage de temps et un éventail de moyens dans le double but de prévenir l’éclatement de la famille et de mobiliser ses ressources ou compétences.
L’action éducative en milieu ouvert tend à un mieux-être, sans supprimer cette énergie qui peut permettre au jeune d’être toujours conscient de sa réalité.

L’AEMO intervient sur le plan familial et socio-professionnel

petale orange du logo

L’AEMO doit être un sas entre un passé difficile (familial, scolaire, la rue, « la zone », différents placements en institution) et un avenir socioprofessionnel incertain.

Notre objectif sera une aide dans l’acquisition d’un statut social par la recherche d’une activité professionnelle ou d’une formule originale centrée sur un loisir, sur un désir, sur un chemin de traverse, accompagnée parfois d’une démarche psychologique.

La durée de l’AEMO (un an en moyenne pour notre service) peut suffire à :

  • désaliéner l’enfant d’une situation dangereuse tout en lui permettant d’accéder à une insertion sociale satisfaisante,
  • désamorcer la dynamique familiale qui a créé le danger pour l’enfant,
  • remobiliser les capacités parentales à assumer l’éducation des enfants,
  • rétablir des liens tolérables sinon harmonieux entre les parents et leurs enfants et l’environnement social,
  • préparer un placement si une distanciation s’avère indispensable,
  • soutenir un retour de placement dans un travail global de médiation plus ou moins large.

Pour les adolescents en rupture ou en voie de marginalisation : aider, dans un espace intermédiaire, les jeunes à retrouver un goût de vivre, un sens à la vie, leur redonner une capacité de prise en charge personnelle.

L’AEMO renforcée, des réponses de prise en charge concrêtes

petale mauve du logo

L’AEMO renforcée vise l’invention de réponses aux besoins de prise en charge :

  • d’un public adolescent, dont la limite d’âge inférieure s’est singulièrement abaissée ces dernières années, en grande difficulté personnelle ou sociale, marginalisé ou en risque de marginalisation, échappant de plus en plus aux dispositifs classiques d’insertion et de traitement éducatif.
  • de situations familiales complexes ou suffisamment préoccupantes par la gravité des enjeux, qui demandent des accompagnements, des médiations spécifiques associés à un travail en réseau pointu sous la responsabilité rapprochée du Magistrat (déscolarisation, désocialisation, souffrance psychique voire pathologie mentale, attente d’une orientation médico-sociale, violences, errance…).

 

Situations qui peuvent justifier le choix, de la part d’un magistrat, d’une AEMO renforcée.

petale orange du logo

Éviter une rupture des liens parents / enfant

dans un contexte de marginalisation ou de pathologie psychiatrique des parents est un critère qui peut restaurer une capacité à vivre ensemble au sein de la famille lors de retour de placement (non réalisable ou mis en échec) entre également dans le champ de l’AEMO renforcée.

petale orange du logo

Situations de danger qui ont été signalées

et pour lesquelles les dispositifs de droit commun constatent leur impuissance car pour différentes raisons liées à l’histoire familiale (placements répétitifs ou intempestifs, pathologie psychiatrique à l’expression chaotique mais assortie de phases d’apaisement, impossibilité de se séparer) un placement même autoritaire ne peut se mettre en place.

petale orange du logo

C’est en utilisant le réseau familial ou amical que des solutions alternatives au placement, transitoires ou de long terme, peuvent être trouvées sous le contrôle du Magistrat.

Cela engendre des montages complexes.

Un dispositif nécessitant compétences et suivi

Les dispositifs mis en place, dans de telles situations,

demandent des compétences mais aussi de nombreux entretiens (individuels, groupes) avec la famille élargie, des déplacements dans des endroits différents, des interventions plus nombreuses et coûteuses en temps qu’une AEMO classique. En plus de la spécificité apportée par l’accueil de jour, l’AEMO renforcée diffère des AEMO classiques par :

petale orange du logo

la fréquence et la multiplicité des interventions,

en particulier le week-end et en soirée car la notion de danger est beaucoup plus prégnante.

petale orange du logo

Le psychologue est aussi un acteur majeur

qui doit consacrer davantage de temps à ces situations complexes.

petale orange du logo

des périodes, des moments, des espaces d’intervention,

petale orange du logo

le temps de coordination et d’analyse au sein de l’équipe et avec les partenaires,

petale orange du logo

l’expérimentation de solutions « sur mesure ».

La continuité de l’action éducative comme sa réactivité sont essentielles et nécessitent énormément de rigueur dans la transmission de l’information au sein de l’équipe et vers le magistrat. Les notes d’information sont beaucoup plus fréquentes, comme les liaisons avec les partenaires spécialistes.

LE DISPOSITIF DEP’art

Le dispositif DEP'Art, Un rôle clé et complémentaire à l'action AEMO

Avec sa logique spécifique d’accueil de jour, il joue un rôle clé puisqu’il crée des espaces d’accompagnement complémentaires à celui de l’AEMO classique.  Il propose surtout « de faire et de partager avec le jeune », éventuellement en associant les parents. Il permet de proposer une approche pragmatique dans un contexte rassurant, lorsqu’il est illusoire de s’engager sur le versant des entretiens d’élaboration ou de l’insertion classique.